Des images et de la politique

Le blog de David Vilder, photographe, activiste, environnementaliste, jardinier, mécano, geek, amateur de vin. Pour les photos veuillez consulter ma page web: http://www.davidvilder.com

Mois : août, 2012

Charles Ommanney, mon nouveau héros de la photo

Les images parlent d’elles-même. Elle sont extraordinaires. J’adore. Voici une sélection parue dans M le Magazine du Monde du 1er septembre: La présidentielle française vue par Charles Ommanney.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les maires de Mercier, Châteauguay, et Sainte Martine interpellent les partis politiques provinciaux sur la pire catastrophe écologique ayant frappé le Québec.

Nathalie Simon, Maude Laberge, et Jacques Lambert en conférence

J-6: Aujourd’hui à 14h les maires de Ville Mercier, Châteauguay et Sainte Martine se sont réunis pour exhorter les partis politiques en lices au élections à se prononcer sur la pire contamination d’eau douce de l’histoire en Amérique du Nord. Entre 1968 et 1991 des milliers de tonnes de déchets toxiques ainsi que plus de 150 000m³ d’huiles et solvants ont été déversés et enfouis sur le site des anciennes lagunes de Mercier. Pendant des années ces déversements ont été cautionné par le gouvernement du Québec en pleine connaissance de la possible contamination des eaux souterraines. À partir de 1970 l’entreprise Goodfellow (aujourd’hui Laidlaw, et maintenant Clean Harbors) obtint un contrat du gouvernement pour construire un incinérateur sur le site des lagunes pour traiter les déchets toxiques, aux frais du gouvernement. Goodfellow cependant continuera de déverser les déchets toxiques qu’ils ne pouvaient incinérer, et ce pendant 20 ans. Pire encore, en 1980 une partie des lagunes furent remblayées, enfouissant de ce fait les déchets toxiques et huiles boueuses à jamais dans le sol.

En 1992, Jean Charest, alors Ministre de l’Environnement du Canada, admet qu’il est nécessaire de « restaurer le site, d’extraire et de traiter en toute sécurité les sols contaminés de la zone des anciennes lagunes ». En 1994 le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) conclue qu’une « excavation partielle des sols […] permettrait d’extraire rapidement et dans la mesure du possible les contaminants les plus facilement accessibles ».

L’incinérateur sur le site des lagunes de Mercier

Depuis, rien n’a été fait, absolument rien. Une usine de traitement des eaux a été installé sur les lieux. Cette usine filtre partiellement l’eau contaminée de la nappe phréatique pour la rejeter dans la rivière Châteauguay. Environs 211 000m³ de sols sont estimés contaminés par des hydrocarbures, solvants, métaux, BPC et autres produits toxiques, sur une surface de 30km².

Cette zone est située entre Ville Mercier, Châteauguay, Saint-Rémi et Sainte Martine. Ce secteur dépend économiquement de l’agriculture principalement. C’est donc la santé physique des habitants de la région ainsi que la santé économique du secteur qui est affectée. Les municipalités citées doivent acheminer l’eau potable d’autre municipalités par des aqueducs, étant donné que la nappe phréatique est contaminée. Depuis 1994, pourtant, le gouvernement du Québec a choisit l’immobilisme comme ligne d’action. Des chercheurs de l’UQAM avaient fait une demande de subvention pour effectuer des recherches sur l’impact sur la santé des habitants locaux, mais ces subventions ont été bloquées par le gouvernement.

Les générations passent et le problème devient de plus en plus distant. Des nouveaux candidats aux élections provinciales vont, viennent, mais le problème demeure. Une des pires catastrophes écologiques de l’Amérique du Nord, à 30km de Montréal, et tout le monde s’en fou.

Le Tea Party Québécois

Le RLQ, ou le Tea Party Québécois.

Aujourd’hui j’ai fait une nouvelle découverte dans cette campagne électorale 2012 palpitante: le Tea Party Québécois! Ou plutôt, le Réseau Liberté-Québec (RLQ), fondé par Joanne Marcotte. On rencontre rarement des droitistes purs et durs, mais Mme Marcotte en fait définitivement partie. Le RLQ a pour but de déplacer le centre de l’échiquier politique québécois plus à droite. C’est clair au moins. Le RLQ a aussi la vocation de contester les « excès » du multiculturalisme, de contester les environnementalistes, de contester tout aspect social d’une démocratie.

J’ai découvert le RLQ en lisant le blogue des Analystes où Stéphane Lessard émet ses craintes et se nomme lui-même un Montréalais inquiet, qui nous fait part de ses réflexions, dont la suivante:

Les progressistes sont des régressistes.

Et pourtant il me semble bien que c’est plutôt la droite que l’on appelle conservatrice, et que le débat sur l’avortement est peut être l’idée la plus régressiste du XXIème siècle… Ou encore le climato-scepticisme… Que faire? Il faut de tout pour faire un monde, il faut des gens « inquiets » pour voter la CAQ. J’espère juste qu’il n’y en a pas trop comme ça!

Lettre ouverte de AMAL Québec: « Oui à la laïcité, non à la discrimination »

AMAL Québec vient de rédiger cette lettre ouverte sur laquelle les différents partis politiques sont invités à se prononcer avant les élections le 04 septembre. Je vous invite à signer cette lettre sur le site de AMAL Québec. Ce texte fait suite à la charte sur la laïcité proposée par le PQ ce mois-ci, charte considérée comme allant contre le multiculturalisme par beaucoup.

Dans le contexte électoral actuel, nous citoyens(Nes) QuébécoisEs, tenons à exprimer notre vive inquiétude face à la tournure prise par certains débats publics. Nous souhaitons réaffirmer notre attachement à la construction d’une société inclusive bâtie sur des principes démocratiques, égalitaires et laïques. Nous souhaitons, toutes et tous, prendre part à l’édification de ce Québec fier dont l’identité continue de se mouvoir et de s’enrichir, notamment par l’apport des différentes communautés culturelles qui le composent. Nous aimerions souligner l’importance de construire un Québec qui tienne compte des réalités sociopolitiques et culturelles de sa population. Nous proposons un modèle québécois de laïcité qui favorise un vivre ensemble harmonieux, pluraliste et égalitaire. En conséquence, il nous apparait essentiel que l’État du Québec défende, dans les particularités québécoises, les principes fondamentaux de la laïcité, à savoir la neutralité de l’État, la liberté de conscience et de religion et l’égalité de traitement de tous les citoyens.

Nous condamnons catégoriquement les discriminations et les logiques d’exclusion au nom d’une laïcité vidée de sa signification. Toute mesure discriminatoire portant atteinte à l’égalité entre les femmes et les hommes, ou engendrant une exclusion civique, économique ou sociale, est à condamner, particulièrement lorsqu’elle contribue à la marginalisation des femmes de certaines communautés culturelles. Ces mesures viendraient s’ajouter aux discriminations à l’embauche que subissent déjà nombre de citoyens issus des communautés culturelles et des minorités visibles. L’effort laïc doit au contraire réaffirmer les QuébécoisEs dans leur liberté de conscience tout en les protégeant de la marginalisation.

Nous voulons que le Québec préserve ses propres valeurs, construites de haute lutte, plutôt que d’importer un modèle d’une laïcité déformé qui, selon nous, mène à l’exclusion et aux tensions sociales. Réfléchir sur un modèle québécois de laïcité est un travail complexe, qui nécessite une connaissance précise des enjeux du rapport entre le religieux et le politique, et doit se faire à l’abri des polémiques idéologiques. Dès lors, nous attendons des politicien(nE)s du Québec qu’ils fassent ce travail en toute intégrité intellectuelle, loin des calculs électoralistes.

Nous voulons favoriser un vivre-ensemble « à la québécoise », car la dynamique de division entrave la construction d’un Québec fier et érode les espoirs fondés en cette nation par nous tous.

En avant pour la dernière semaine

 

Il reste une semaine avant les élections 2012 du Québec, où l’on verra Jean Charest et Pauline Marois se déchirer, se mordre, se battre tels des chiens enragés tenant coûte que coûte à garder la main mise seigneuriale sur la population du Québec. Mercredi dernier Vincent Marissal écrivait une excellente chronique dans La Presse où il observait le PQ et le PLQ glisser dangereusement sur des planchers flottants, pour reprendre sa métaphore.

Non mais sérieux qui pourrait vraiment croire dans ses mensonges?

En effet ces derniers 10 jours nous avons vu le PLQ ressortir la vieille menace du chaos économique si les libéraux se sont pas réélus, tout en affirmant que tout le monde est séparatiste, y comprit François Legault. Charest est même allé jusqu’à « soupçonner » publiquement Legault de vouloir déclencher un référendum, ce qui est absolument ridicule. Attention, Charest soupçonne… Heureusement il se propose comme le seul et unique à avoir la capacité de rassembleur, LE garant de la paix sociale au Québec, comme nous avons pu le constater ce printemps.

Entre temps, la délicieuse Mme Marois continue de danser la gigue. Un référendum, oui, dès que possible. Ou pas. En fait non, peut être jamais, même si 850 000 électeurs le lui demandent (alors qu’elle disait le contraire il y a de cela quelques mois). Ou encore l’histoire de la gratuité scolaire, pour laquelle elle se disait ouverte il y a quelque semaines, alors que maintenant c’est devenu inenvisageable.

Bref, les deux « vieux partis » marchent sur un sol non palpable et ont peur de se casser la gueule, alors ils ressortent les arguments qui ont fait succès pour plus de 30 ans. La séparation, la loi 101, l’économie. Et cette histoire de « vote stratégique » qui nous colle à la peau va encore une fois faire gagner ces arguments basé sur la peur et l’insécurité.

Marois aboie, jappe, mais surtout ne dit rien. Vive le vent!

 

Hari Kata Dasa

Hari Kata Dasa, artiste de rue et fidèle de Krishna dans le métro Snowdon à Montréal

J’ai aujourd’hui rencontré Hari Kata Dasa dans le métro Snowdon alors que je rentrais du chalet. Dans mon état tout tranquille est pacifié j’ai été touché par sa musique envoûtante, dont c’est d’ailleurs la vocation. Je le croyais un artiste de rue classique jouant de la musique pour gagner sa vie, mais il était là simplement pour répandre sa fois du culte de Sri Nama Hatta, Bhagavata Sanga. Je lui ai demandé si je pouvais prendre une photo de lui. Je trouvais sa présence très belle, et voilà le premier portrait de ma série sur les artistes de rue et célébrités inconnues de Montréal.

Portrait de face de Hari Kata Dasa

Pour ce projet je compte dresser le portrait de personnalité unique de Montréal, des gens qui me touchent, qui m’inspirent, des individus que beaucoup de monde connaît sans le savoir, des célébrités inconnues. Montréal en est plein, c’est d’ailleurs ce qui rend cette ville si unique. Pour finir voilà une petite vidéo pour avoir un peu de son…

Débat des chefs 2012

Les chefs discutent avant le débat.

Et bien oui ce soir c’était le fameux débat des chefs sur Radio Canada. Jean Charest, Françoise David, Pauline Marois et François Legault ont parlé de tout et de rien pendant deux heures, et nous avons tous regardé attentivement. Françoise David a pour la première fois put représenter Québec Solidaire à un débat des chefs, et François Legault quant à lui faisait aussi sa première expérience. La surprise de la soirée revient définitivement à Françoise David que La Presse donne comme grande gagnante de ce débat pour avoir réussit à illustrer les idées de son parti sans se vouer aux attaques personnelles qui volaient bas. Exercice de rhétorique, reste à savoir à quel point ce fameux débat influencera les vote.

J’étais à la Maisonnée, bar de Côte des Neiges, avec toute l’équipe de Québec Solidaire Outremont qui est d’ailleurs de plus en plus nombreuse. L’ambiance était plutôt festive. Quand un des chefs marquait un point ou réussissait à placer une pointe, les gens applaudissaient. Quand John James Charest a déploré la « violence et l’intimidation » de ce printemps, faisant référence à la grève étudiante, tout le monde dans le bar a hué à plein poumons. On se saurait crût un soir de match de foot. Jamais je n’aurais imaginé pouvoir l’attrait d’un débat politique à un match de foot ou de hockey…

Québec Solidaire Outremont à la Maisonnée avec les sympathisants.

Le verbe du mois: Promettre

 

Jean Charest promet

copyright: Reuters

 

En lisant les journaux chaque jours il y a un mot qui m’accroche les yeux de plus en plus, d’autant plus que la fréquence d’apparition est en augmentation exponentielle: promesse. J’ai fait une recherche très rapide sur le site de La Presse avec le mot-clé « promet » et le résultat est plutôt intéressant. Voici la première page seulement:

Ah si seulement! Si seulement chaque promesse se vérifiait! On aurait un Québec sans corruption, plus écologique avec des nouvelles lignes de métro sillonnant la province de Montréal à Chicoutimi, des médecins de familles, une nouvelle loi 101, 500M$ par ici, 500M$ par là, des logements sociaux, des gaz de schiste pour tout le monde, dans les céréales même, le plein emploi, etc… C’est une enchère publique ou le plus offrant (lisez celui qui promet le plus) risque de gagner les élections. On s’étonne que la démocratie soit malade dans le monde « développé »…

Moi je vous promet qu’il y a un paquet de ces promesses qui ne seront pas tenues. Admirez le regard sincère:

Françoit Legault promet

copyright: la presse canadienne

 

Le PLQ, ses détracteurs et la corruption

Pancarte électorale du PLQ vandalisée

Pancarte électorale du PLQ vandalisée

Voici une autre dans la série des pancartes électorales du Parti Libéral du Québec qui subissent un vandalisme unanime dans presque tous les quartiers de Montréal. Ces créations hautements artistiques me régalent. Celle-ci se trouve sur l’avenue Parc, juste en dessous de la statue du mont Royal. C’est toujours un petit remontant le matin quand je vais au travail en vélo…

POUR le PLQ, POUR le Québec, POUR la CORRUPTION! Vive John James Charest!

Stephen Shore par Eric Kim

 

Je viens de trouver cet article sur le blog de Eric Kim:

copyright: Stephen Shore

 

While in Amsterdam I checked out the FOAM photography museum and picked up a book on Stephen Shore. For those of you who may not know, he is one of the early color pioneers in photography in America. Although his style is classified more as documentary and urban landscape, I think there is a lot of things we can learn from him as street photographers. If you are interested in learning more about color and street photography, read on!