Atos, ou la privatisation de l’austérité

par davidvilder

Atos, partenaire de crime du gouvernement british

Un peu de photo, un peu de politique, cette fois c’est au tour du second. J’écoutais aujourd’hui Radio Canada et j’ai entendu quelque chose de troublant que je voulais partager. Atos est l’un des partenaires principaux des jeux d’été paralympiques 2012 à Londres, alors qu’Atos est la société que le gouvernement britannique mandate pour ré-évaluer les prestataires de pensions dues à l’invalidité. Quelle drôle d’idée, comme le décrit Zoé Williams dans le Guardian. Atos travaille dur pour réduire les aides aux handicapés et en même temps c’est un partenaire principal de jeux auxquels ne participent QUE des handicapés. Du coup il y a des manifestations quotidiennes devant le site des J-O. Qui est donc le génie derrière tout ça?

Sur la BBC on apprend que plus de 600£ millions sont gaspillées chaque années en versements à des personnes feignant être inaptes au travail, mais que Atos aurait un grand respect pour les handicapés. L’article fini même avec une citation du PR de la compagnie disant qu’Atos a beaucoup de compassion. Ah! Alors s’ils ont de la compassion…

Vive les J-O

L’article de Zoé Williams est plus nuancé. Déjà on y apprend que le Département du Travail et Pensions (Department for Work and Pensions) estime à 2% seulement les paiements dues aux fraudes et erreurs en 2011/12, et les fraudes seules sont estimées à 0.7%. 600£ millions, oui, mais il faut quand même rappeler que ça ne représente que 0.7% des pensions! Il parait donc sage d’avancer que la fraude n’est pas généralisée. Mais, le gouvernement n’entend pas ça de la même oreille. Bref, les faits ne manquent pas à l’appel pour démontrer qu’Atos nuit et est la cause de souffrance, voire de mort de milliers d’anglais. Même John McDonnell , un MP, a ouvertement supporté les manifestants.

Mais le plus intéressant est dans la fin de l’article. La privatisation de ce genre de besogne n’est-elle pas une forme de privatisation de la colère du peuple? En effet, est-ce Atos qui est à blâmer, ou est-ce le gouvernement Anglais qui paye Atos pour suivre une politique impopulaire? La colère du peuple se retrouve ainsi redirigée vers la sphère privée plutôt qu’envers le public, ce qui est beaucoup plus problématique car le pouvoir public dépend des élections et peut être renverser, et surtout est supposé protéger le peuple!

Publicités