Robert Abdallah, saint homme!

par davidvilder

Je suis allé écouter les dénégations véhémentes de M. Abdallah au sujet des 300,000$ qu’il aurait reçu d’une société de la Rive-Sud afin de favoriser l’octroi de contrats. M. Abdallah, vôtre exercice rhétorique était de toute beauté! À vous entendre, jamais on ne pourrait croire un soupçon des allégations à vôtre encontre!

« Moi? Jamais… »

Et pourtant… Robert Abdallah traîne avec lui la puanteur de la corruption depuis 1986! À l’époque la Sureté du Québec soupçonnait déjà Abdallah et Accurso de fricoter ensemble, quand le premier était encore à Hydro-Québec… Ensuite il y a le scandale du Port de Montréal, où Dimitri Soudas avait finalement admis avoir rencontré (au resto le Muscadin) trois des 7 membres du comité exécutif du Port de Montréal afin de les faire nommer Robert Abdallah à la direction. Tony Accurso avait aussi essayé de faire nommer M. Abdallah à la tête du Port de Montréal quelque mois avant l’équipe de Harper, par intermittence de Léo Housakos. Mais malgré toutes ces pressions, M. Abdallah n’avait pas été nommé, alors il s’est reconverti en chef d’entreprise d’une des succursales (Gastier) de Tony Accurso. Bien sûr M. Adballah n’a aucune idée de pourquoi tant de monde voulait qu’il soit à la tête du Port de Montréal, au point où l’une des membres du comité exécutif (Diane Provost) avait même été menacée d’être virée si elle ne nommait pas Abdallah…

Alors après tout ça il me parait un peu plus difficile de croire en les dénégations de Bob, surtout après l’avoir entendu vociférer « qu’en 35 ans de carrière, jamais, jamais on ne lui à offert de l’argent sale ». Hmmm. J’ai hâte à ce que la commission Charbonneau balance des preuves…

Publicités